DE | FR | EN

L'histoire du Vogellisi

Tout le monde connait la chanson de Vogellisi qui vive à Adelboden. Mais qui connait l’histoire d’une petite femme au visage plein de bonté avec des cheveux fins et gris d’Adelboden?
 

Il était une fois une petite femme ratatinée avec un visage bon, des cheveux gris et fins, habillée simplement et portant de grosses chaussures aux pieds. Elle habitait seule dans un chalet tout au fond sous le rocher du Bütschi, là, au bout du monde. Elle vivait seule, mais elle n’était pas solitaire. À l’encontre des gens, elle était farouche, voire inapprochable, mais elle s’entendait bien avec les animaux sauvages de la vallée, elle vivait comme eux et partageait avec eux ses maigres repas. Elle s’appelait Lisi et elle aimait les oiseaux.

Plus personne ne le sait vraiment, mais les anciens racontent qu’un grand corbeau noir (ou peut-être même un aigle) décrivait ses cercles au-dessus de la tête de Lisi lorsqu’elle partait sur l’alpage désert ramasser ses herbes. Oui, les herbes, c’était ça la vie et la passion de la petite vieille ratatinée. Pour presque toutes les douleurs, elle avait un remède. Pas un bobo qu’elle ne pouvait soulager et soigner grâce à ses herbes magiques. Même le vieux docteur d’Adelboden ne jurait que par les infusions et potions de la sage Lisi. Elle ne se rendait pas souvent au village, mais elle emportait toujours son panier d’herbes pour le docteur avec elle.

Mais la bonne Lisi aussi se fit vieille. Elle partait moins souvent à la recherche de ses herbes, mais le fier oiseau noir continuait à l’accompagner et à la protéger. Les randonneurs virent de moins en moins les deux inséparables, mais la bonne Kräuterlisi (Lisi aux plantes) devint dans le langage populaire la Vogellisi (Lisi aux oiseaux).

Lisi devait aller sur ses quatre-vingt-dix ans lorsqu’un jour de föhn en octobre, elle perdit connaissance sous l’Ammertengrat, tomba et dévala comme une pierre la paroi rocheuse. Bien sûr, l’oiseau noir le vit, il vit la chute de Lisi et il ne put la sauver. Contraitement à son ami l’oiseau noir, Vogellisi ne savait pas voler. Le cœur du fier corbeau se brisa en plein vol. À côté de la vieille femme inanimée, le bel oiseau trouva la mort. Sans Lisi, il ne voulait, ni ne pouvait continuer à vivre.

C’est l’histoire de Vogellisi. Il n’est pas étonnant que son nom continue à vivre dans la célèbre chanson sur Adelboden. Avec la renommée mondiale du village touristique, Vogellisi est devenue immortelle.